Foire aux questions

La climatisation est-elle source de rhume ?

Faux. Un climatiseur fonctionne comme un réfrigérateur. C’est à dire qu’il n’apporte pas d’air frais dans une pièce mais en absorbe la chaleur pour la rejeter à l’extérieur.

Les systèmes de climatisation sont-ils moches ?

Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas... Mais côté look, les climatiseurs se sont améliorés. Moins imposants qu’auparavant, ils offrent une large palette de choix au consommateur (matières, couleurs, formes, brillants ou mats, lignes droites ou arrondies, etc.) Il existe même des systèmes appelés « gainables » qui ne laisse apparaitre dans les pièces que des grilles de soufflages et de reprises qui permet en plus de libérer de l’espace.

La climatisation revient-elle chère ?

Un système de climatisation réversible permet d’économiser de 30 à 60% d’énergie par rapport à un mode de chauffage traditionnel gourmand en électricité ou utilisant des énergies primaires avec des prix sans cesse revu à la hausse. Rapidement rentabilisée, une telle installation devient même bénéficiaire à très court terme.

La climatisation est-elle mauvaise pour la santé ?

Non, et c’est même tout le contraire. En passant à travers les filtres qui équipent les climatiseurs, l’air que l’on respire est purifié et débarrassé des impuretés telles que pollens, poussières, acariens et même fumée de cigarette, à l’origine de nombreuses gênes respiratoires. De plus, en cas de canicule, une climatisation permet de faire baisser le taux d’humidité de l’air. La sensation d’étouffement est alors atténuée et le risque de malaises réduit.

La climatisation sert-elle l’hiver ?

Si la climatisation sert effectivement, en cas de chaleur pesante, à rafraîchir l’atmosphère à l’intérieur d’une habitation ou d’une voiture, certains climatiseurs dits « réversibles » sont capables d’inverser leur cycle de fonctionnement afin de produire de la chaleur en hiver. En mode « chauffage », un climatiseur « réversible » restitue entre 3 et 4 watts pour 1 watt consommé.

La climatisation consomme-t-elle énormément d’énergie ?

En « mode chaud » comme en « mode froid », un climatiseur consomme trois à quatre fois moins d’énergie qu’il n’en restitue. De plus, comme c’est le cas de la plupart des appareils électroménagers (réfrigérateur, lave-vaisselle, etc.), l’efficacité énergétique d’un climatiseur est indiquée sur une étiquette-énergie au moyen d’un classement allant de A (pour les plus économes) à G (pour les plus gourmands en énergie). Le A n’est accordé qu’aux climatiseurs dont le rendement (rapport entre puissance restituée et puissance consommée) est : pour le froid, supérieur à 3,2 EER (Energy Efficiency Rating ou taux d’efficacité énergétique) et pour le chaud (systèmes réversibles), supérieur à 3,6 COP (coefficient de performance).

La climatisation pollue-t-elle ?

Non, et c’est même tout le contraire. En passant à travers les filtres qui équipent les climatiseurs, l’air que l’on respire est purifié et débarrassé des impuretés telles que pollens, poussières, acariens et même fumée de cigarette, à l’origine de nombreuses gênes respiratoires. De plus, en cas de canicule, une climatisation permet de faire baisser le taux d’humidité de l’air. La sensation d’étouffement est alors atténuée et le risque de malaises réduit.

La climatisation est-elle bruyante ?

Ce n’est plus le cas. Les systèmes de climatisation modernes sont de plus en plus discrets. Les modèles les plus performants ne dépassent pas 26 dB.

Nos réalisations en photos

                          photo.jpg